Archives pour la catégorie Réflexions sur la création

Matières et sentiment d’existence (extrait)

Conférence donnée au GRETT et parue dans la revue Synodies en 2017.

J’ai choisi de vous parler de cette séquence fondatrice du processus créateur qu’est ce premier instant de rencontre avec le monde des matières.  C’est l’une des séquences majeures que la personne peut vivre en art thérapie.

Cette première séquence du processus créateur, se situe donc bien avant la recherche d’une mise en forme, bien avant tout désir de représentation, figure ou dimension symbolique.

Cela renvoie à cette étape du tout petit enfant qui, plongé dans la connaissance immédiate du monde, la découvre d’abord comme matière ; cette connaissance est ensuite oubliée ou sinon enfouie quand le monde s’organise par le langage.

Vous pouvez vous en souvenir en regardant des tout petits :  ces moments intenses, où l’on transvase gravement l’eau d’une casserole dans une autre, les graviers qu’on goûte et que l’on met en tas ou qu’on disperse ou de la patouille avec la terre d’un jardin, dans un temps ouvert qui semble inépuisable ?

Mais se redonner ce temps, si évident dans la prime enfance, pour rencontrer la matière telle qu’elle est, peut être ressenti comme une expérience un peu traumatique pour l’adulte. Ce serait un peu comme ce temps du funambule qui resterait volontairement au milieu du fil sans chercher à atteindre l’autre bord pour goûter le danger de son équilibre et l’audace de sa verticalité.

La matière, si on ne lui donne pas tout de suite forme, apparaît d’abord comme une matière inerte, brute et mutique.

Au lieu de se précipiter vers la mise en forme, avide de trouver du sens, au lieu d’échapper le plus rapidement possible à cette séquence inconfortable où rien ne se décide encore : choisir justement de s’y maintenir.

Quelquefois, la personne a quelque chose d’essentiel à vivre avec elle. Juste lui proposer de prendre le temps de la rencontrer, même si cela provoque d’abord  inconfort et embarras.

De l’avoir éprouvé comme créateur, d’avoir senti combien ce temps singulier en apesanteur ouvrait de possibles, permet à l’art thérapeute de le proposer aux patients avec simplicité et naturel et de l’alléger de sa charge d’angoisse potentielle ;  délester de l’inquiétude que cela pourrait provoquer, elle peut se permettre de prendre son temps pour découvrir ce voyage qui prend sa source dans la matière brute, l’informe et dans ce qui n’est pas encore une forme, ce que j’appelle faute de mieux la non-forme, la non-forme n’étant ni vraiment rien ni vraiment encore quelque chose…

Article complet publié dans la revue Synodies

Dans quoi l’art thérapie est enchâssé ? Qu’est-ce qui lui donne sa flamme ?

Le fondement en art thérapie, c’est la conviction que » l’expérience artistique est une épreuve humaine radicale à vivre dont le fondement est de nous tenir dans notre humanité pleine comme sujet présent et vivant…
Ce n’est pas la peine d’aller voir un tableau, d’écouter de la musique ou de pratiquer un art si on n’a pas la conviction que non seulement il peut nous aider à vivre mais même qu’il nous sauve ! » (sauver dans le sens qu’il nous fait être).
Barnett Newman traitait ces artistes qui ne fondaient pas leur recherche sur cette radicalité : des faiseurs de sucreries.
« La poésie est une effraction même au plus terrible de la nuit ; même quand tout est impossible, elle rouvre du possible. »
Voir Fabrice Midal « Pourquoi la poésie? » et « Comprendre l’art moderne ».

« La toile est un instant qui échappe à la perdition » dit Bram van Velde

La création, c’est » commencer » dans un double mouvement qui ouvre vers la source pour se déployer vers l’avant de soi.
Maurice Blanchot dans « l’Espace littéraire dit que l’œuvre : « … est toujours originelle et à tous moments commencement : ainsi paraît-elle ce qui est toujours nouveau, le mirage de la vérité inaccessible de l’avenir… et enfin elle est très ancienne, effroyablement ancienne, ce qui se perd dans la nuit des temps »

Aujourd’hui, est-ce qu’il est possible de « commencer » en assumant le drame de notre condition d’humain?
Notre époque est une époque marquée par le désastre de la dernière guerre, de la mort industrialisée avec les camps d’extermination, l’holocauste, d’Hiroshima ; ces désastres ont mis les artistes et les poètes dans l’obligation de faire face à ce qui défait notre humanité : cette chosification invisible qui provoque une stupeur qui nous fige, nous met dans l’impossibilité de penser et d’imaginer et qui nous barre le chemin de la poésie et du rêve en nous enfermant dans une scène intérieure constamment répétée et stérile, sans issue (comme tout traumatisme).
Delocazione Delocazione- Claudio Parmiggiani
Adorno a dit qu’on ne peut plus écrire de poème après Auschwitz. Constat terrible et défi que les artistes ont pu relever en ré-interrogeant les propres fondements de l’art dans cette urgence de trouver un nouveau commencement (qui est le signe que nous demande toujours la vraie vie).

L’œuvre de Barnett Newman est née de la révélation de ces désastres. Radicalité de sa réponse: il n’y a rien d’autre que ce qui est devant soi. Le tableau n’est pas à regarder, il n’y a rien à voir, c’est lui qui nous regarde et ce qui fait évènement c’est d’Être devant le tableau, vivant. Dans le silence du face à face avec l’œuvre, le regardant doit acquérir un sentiment héroïque de sa condition d’homme. Pour Barnett Newman, être face à l’œuvre et toucher le drame tout en gagnant en verticalité.
B. Newman dit « ouvrir un lieu où se tenir debout », voilà sa réponse à ce non-lieu de la barbarie, trou noir, vortex où toute matière disparaît. L’œuvre défie « le chaos noir et dur qu’est la mort ».

Claudio Parmiggiani dit qu’ « Il n’y a plus d’espace pour aucune peinture ». L’artiste se fait alors inventeur de lieux.
Il y répond par une œuvre comme par exemple Délocazione 1970 (poussière, suie, fumée de pneu) où l’échelle y est comme ombre survivante d’une échelle brûlée, photographiée dans les décombres d’Hiroshima. Voir Didi-huberman « Génie du non-lieu »

Face à l’insoutenable, la seule possibilité : œuvrer.
La légitimité de l’art thérapie puise ainsi dans la façon dont ces artistes ont œuvré face à l’insoutenable indicible, la façon dont ils ont répondu par leur radicalité.

De l’informe à la non-forme

Extrait d’un article paru dans la revue « Art et thérapie » n°106/107
…Je choisis d’explorer ce passage où nous plonge avec inquiétude cette errance avant l’apparition de la forme, ce passage de l’informe à ce qu’on pourrait appeler la non-forme, la non-forme n’étant ni vraiment rien ni vraiment encore quelque chose…

La non-forme

Entre le rien et le quelque chose, que se joue-t-il ? Entre le fait d’être là ou de ne pas y être ? Entre exister et ne pas exister ?
Au lieu de s’agripper à tout indice de forme pour combler l’avidité à trouver du sens, au lieu de chercher à échapper le plus rapidement possible à cette séquence inconfortable et angoissante où rien ne se décide encore : s’y maintenir.
On renonce à cette tension vers la forme en apprivoisant notre peur de nous perdre avant cette frontière apaisante où les formes se posent, pour prendre le risque d’être traversé par ce qu’on reconnaîtra comme les premières lois d’émergence du vivant et de la création qui innervent toute matière.
Le pari est d’habiter ce lieu inhabitable, ce ‘non-lieu’, espace sans trace sans aucune empreinte qui y mène ou qui en sort, flottant hors de tout ; ce n’est ni ici, ni là -bas ; et pourtant, cela existe.


(…lire la suite de l’article
en téléchargeant le fichier pdf)

Continuer la lecture de De l’informe à la non-forme

Filippo Lippi

Filippo Lippi La vierge à l’enfant emmailloté vers 1450
89 x 64 cm détrempe sur bois
Thème de la maternité centrale pour lui ; C’est une des iconographies les plus célèbres et elle connaît de multiples représentations.
La place du religieux à son époque tout nous en sépare mais ce n’est pas une vierge en gloire, ce n’est pas une Vierge de Majesté car elle n’a pas d’auréole, c’est une vierge d’humanité.
La vierge �  l’enfant emmailloté
Vous êtes devant une image, fixée dans sa matière et son iconographie : la vierge à l’enfant ; thème, donc, classique s’il en est.
La vierge dans l’annonciation, dit à l’ange Gabriel « qu’il m’advienne selon ton verbe ».
Dans les vierges à l’enfant, le verbe est advenu, l’enfant est né. Nous sommes devant ce mystère absolu de la foi chrétienne qui rejoint le mystère de notre condition humaine même sans la croyance en un dieu. Ce mystère, c’est celui de l’incarnation.

St Bernardin dit dans son sermon : l’incarnation c’est le moment où le créateur vient dans la créature, mais aussi l’infigurable dans la figure, l’invisible dans le visible, l’impalpable dans le tangible, le contenant dans le contenu etc.
Est-ce que ce mystère de l’incarnation n’est pas aussi au cœur de l’art ?

Je suis à la recherche d’une petite ouverture du temps où le tableau du 15éme et moi, en 2009, cherchons à sortir de cette impossible congélation de nos places : moi, sujet et le tableau objet de mon attention respectueuse et un peu affolée, contrariée devant, ne sachant quoi en faire de ce moment. Résistant même à trouver une satisfaction trop rapide dans la finesse de la peinture, dans la beauté un peu hiératique de la Vierge ou dans l’emmaillotage curieux de l’enfant avec son petit volant rouge charmant au niveau des pieds qui laisse les petits orteils à l’air.
Continuer la lecture de Filippo Lippi

A propos de Vermeer


La lettre d’amour

soit on regarde le tableau en se disant que la composition favorise agréablement la mise en relief de la scène éclairée grâce aux 2 pans d’ombre qui l’encadrent. Voilà une posture assez classique de spectateur : je regarde et ne bouge pas de place. Le temps de la scène est immobile et je peux, bien sûr, apprécier le tableau.
Ce procédé de 1er plan dans l’ombre est assez commun à l’époque et courant dans les tableaux de Vermeer mais ne justifie pas suffisamment, il me semble, pourquoi Vermeer qui est un très grand peintre aurait laissé les 2/3 du tableau à peine peint ! Je ne peux me contenter d’une si maigre explication ! D’ailleurs, dans l’affiche qui annonçait l’exposition de l’âge d’Or Hollandais, on montrait le tableau en recadrant sur la scène éclairée, ces 2/3 de tableau semble bien encombrant !

Continuer la lecture de A propos de Vermeer