Archives pour la catégorie Réflexions sur l’art thérapie

Les états du corps

« C’est dans la chair, dans les organes que prennent naissance les images matérielles premières » dit Bachelard dans L’eau et les rêves.

La création est d’abord un engagement du corps, engagement profond du corps dans l’expression. Il n’y a pas de véritable expérience vivante qui ne passe pas par lui. La richesse qu’apporte le relais du corps dans l’élaboration poétique est immense. Il faut devenir attentif à cette mise en résonance, cette mise en mouvement de la matière même du corps et chercher une parfaite solidarité entre la matière travaillée et la matière profonde du corps. A ce propos, MATISSE aimait citer ce vieux proverbe chinois: «quand on dessine l’arbre, on doit au fur et à mesure sentir qu’on s’élève».

corps-interne

Chaque expression plastique renvoie en écho à une sensation physique à laquelle nous sommes en général inattentifs; ce corps de sensation, fil d’Ariane de la recherche créatrice, je l’ai appelé dans mon jargon de peintre «le corps noir». Toute expression élaborerait alors un supplément de corps   comme on parle d’un supplément d’âme qui nourrirait ainsi le corps d’une manière sensitive et qui lui donnerait sa substance vivante.

Intérêt des doubles prises en charge

Dans ma pratique, j’ai constaté  l’intérêt des doubles prises en charge : Quelques uns de mes patients par ailleurs suivis en thérapie verbale me disent combien leur thérapie a été redynamisée par l’atelier. Quelquefois, la personne, en thérapie verbale, ne sait plus comment être en connexion authentique avec elle-même et perd le goût du sens. L’atelier, actualisant la relation avec les éprouvés dans la matière (peinture, terre…), semble avoir un rôle de relance puissant pour ces personnes qui se plaignent d’être sans émotion ou désensorialisées. L’atelier redonne du corps au langage.

Ce rapport à l’ « éprouvé » ne reste pas insaisissable mais s’expérimente dans la matière et la forme devant soi. Grâce à la rencontre avec la forme, s’expriment des choses qu’on n’attendait pas, qui viennent malgré soi mais que l’on reconnaît comme siennes. Ce qui m’échappe se retourne vers moi pour me raconter quelque chose que je ne sais pas. L’évènement intérieur qu’on ressentait comme flottant, sans attaches, s’ancre ainsi en faisant alliance avec une forme. Cela reste mystérieux mais a le même statut irréfutable qu’un fait et peut être alors un point d’appui, un repère pour la personne dans la poursuite de son travail analytique. D’autre part, la forme, en libérant un blocage énergétique, ouvre la possibilité de transformer l’évènement. L’évènement perçu d’abord comme négatif, obscur ou traumatique s’ouvre ainsi sur une promesse d’expression créatrice riche et singulière.

Il semble qu’il peut y avoir une complémentarité très fertile entre le dévoilement analytique et l’expression créatrice énigmatique de soi en art thérapie.I

un apprentissage

L’entrée en création est d’abord un apprentissage, apprentissage d’un autre rapport aux choses, à soi, au temps …que nous indiquent ces artistes.
Il y a d’abord à noter une grande différence entre expression et création : » l’expression soulage, la création transforme » (JP Klein).
Dans la cohérence de l’art thérapie, ce n’est pas l’expression de la douleur qui serait soignante, c’est qu’elle s’exprime déjà dans le registre d’une autre matière que celle du vécu ; il y a changement de registre, un saut à faire sinon on tourne en rond.
En art-thérapie, on détourne l’énergie dépensée et/ ou confisquée par le symptôme au service d’une production créative. Il ne s’agit pas de réduire blocages ou d’éliminer les fixations de son histoire de vie qui apparaît ici, impossibles et emmène dans une activité de connaissance qui est hémorragique en terme d’énergie mais de transformer ce qui fait obstacle, en création.
Créer ce n’est pas s’exprimer soi, c’est laisser s’exprimer quelque chose au travers de soi.

L’implication et la reliance :

À l’école, certains enfants ne se sentent pas concernés, sont indifférents et vivent le savoir comme extérieur à eux. A l’atelier, je reçois souvent ces enfants qui semblent ne s’intéresser à rien et pour qui l’apprentissage pose problème, parfois de manière invalidante.
Je me retrouve devant une sorte de défi : est-ce que ces enfants vont pouvoir découvrir des déclencheurs qui vont les réveiller, leur révéler une appétence ?

En art-thérapie, ces enfants enclavées, en rencontrant de manière singulière le rapport à la loi et à la liberté, au silence et à la parole, au visible et au caché, à la solitude et au lien, peuvent découvrir l’expérience fondamentalement intuitive de l’acte créateur et son pouvoir de créer du lien entre eux et le monde.
Quelquefois, le chemin sera long …

Mes interventions en formation

« L’art et la philosophie ensemble sont contact avec l’être justement en tant que créations. L’être est ce qui exige de nous création pour que nous en ayons l’expérience. » Merleau-Ponty

Cette citation de Merleau-Ponty peut être mis en exergue à toutes mes recherches en tant que créateur, art thérapeute et formateur.
Plus particulièrement en tant que formateur, ce qui me semble le plus important est d’inventer pour les stagiaires des protocoles qui vont favoriser ces événements fondateurs, événements qui rendent possible cette expérience de l’être et de la création.
Ce sont ces événements qui leur serviront de repères pour inventer leur pratique future.

Si je réfléchis aux soubassements essentiels de ces protocoles, protocoles inventés à partir de mon expérience et de mon intuition d’artiste et d’art thérapeute, j’en ai repéré quelques uns :

Les évènements fenêtre-miroirs :
Je suis très attentive à favoriser et intensifier ces moments où entrent en résonance configuration intérieure et problématique plastique.
La pratique artistique amène à rencontrer ces évènements entre expérience intime et réalité de la matière. Cette qualité d’évènement désigne cette relation à soi et à la matière perçue dans un miroitement de fenêtre-miroir : « cela donne sur … » et « cela renvoie à … » . Cela ne peut mettre en mouvement la personne que si elle accepte de vivre ces évènements en en respectant la qualité mystérieuse. Se laisser tenter par un quelconque dévoilement est tout simplement de l’ordre du non-sens. Le mystère ouvre paradoxalement sur une connaissance, connaissance opérante que si l’on respecte sa nature qui est d’être cachée.
Dans l’ordre du rationnel, nommer permet de donner corps à la chose ; dans l’ordre du sensible, c’est parce qu’il y a accueil du mystère qu’il peut y avoir incarnation.
J’ai qualifié ces évènements de coalescents, nom qui vient de coalescere qui veut dire « croître avec » le petit robert la définit en biologie comme la soudure de 2 surfaces tissulaires en contact, rapprocher et ajuster les bords d’une plaie.
J’aime ce qualificatif même s’il est un peu précieux: sentir dans un même temps la blessure, les 2 rives de la plaie et la promesse d’une réparation…
Extrait d’un article publié dans la revue Art & Thérapie Février 2008