Archives de catégorie : Réflexions sur l’art thérapie

Mes interventions en formation

« L’art et la philosophie ensemble sont contact avec l’être justement en tant que créations. L’être est ce qui exige de nous création pour que nous en ayons l’expérience. » Merleau-Ponty

Cette citation de Merleau-Ponty peut être mis en exergue à toutes mes recherches en tant que créateur, art thérapeute et formateur.
Plus particulièrement en tant que formateur, ce qui me semble le plus important est d’inventer pour les stagiaires des protocoles qui vont favoriser ces événements fondateurs, événements qui rendent possible cette expérience de l’être et de la création.
Ce sont ces événements qui leur serviront de repères pour inventer leur pratique future.

Si je réfléchis aux soubassements essentiels de ces protocoles, protocoles inventés à partir de mon expérience et de mon intuition d’artiste et d’art thérapeute, j’en ai repéré quelques uns :

Les évènements fenêtre-miroirs :
Je suis très attentive à favoriser et intensifier ces moments où entrent en résonance configuration intérieure et problématique plastique.
La pratique artistique amène à rencontrer ces évènements entre expérience intime et réalité de la matière. Cette qualité d’évènement désigne cette relation à soi et à la matière perçue dans un miroitement de fenêtre-miroir : « cela donne sur … » et « cela renvoie à … » . Cela ne peut mettre en mouvement la personne que si elle accepte de vivre ces évènements en en respectant la qualité mystérieuse. Se laisser tenter par un quelconque dévoilement est tout simplement de l’ordre du non-sens. Le mystère ouvre paradoxalement sur une connaissance, connaissance opérante que si l’on respecte sa nature qui est d’être cachée.
Dans l’ordre du rationnel, nommer permet de donner corps à la chose ; dans l’ordre du sensible, c’est parce qu’il y a accueil du mystère qu’il peut y avoir incarnation.
J’ai qualifié ces évènements de coalescents, nom qui vient de coalescere qui veut dire « croître avec » le petit robert la définit en biologie comme la soudure de 2 surfaces tissulaires en contact, rapprocher et ajuster les bords d’une plaie.
J’aime ce qualificatif même s’il est un peu précieux: sentir dans un même temps la blessure, les 2 rives de la plaie et la promesse d’une réparation…
Extrait d’un article publié dans la revue Art & Thérapie Février 2008