Mon parcours

Du vécu d’un artiste…à l’intervention thérapeutique.

Comment je me suis appuyé sur mon expérience de peintre et sur ma manière de vivre la création pour intervenir dans le milieu thérapeutique.

Comment j’ai cherché dans la profondeur de l’expérience créatrice la légitimité de ma position d’art thérapeute.

En tant qu’adulte, ce qui m’a tout de suite déconcertée dans la recherche de la création d’un monde pictural, , c’était le besoin que je trouvais presque gênant parce qu’ il me semblait enfantin ( c’était le même plaisir quand on joue avec le sable, enfant, ou quand on transvase de l’eau d’un récipient à l’autre) de me confronter à la fascination ludique et grave que provoquaient les transformations des matières que j’utilisais en gravure ( le cuivre et l’acide), en dessin avec le fusain et la pierre noire( le travail de la gomme, les densités de noirs), en peinture avec la terre. Cette fascination était d’autant plus forte quand les sentiments de surprise étaient intenses même s’ils étaient accompagnés de la traversée d’une zone extrême de peur.
…jusqu’à être émerveillé par simplement le miracle du tracé d’un trait par le crayon sur une feuille, chose qui pour un adulte peut sembler de l’ordre de l’évidence. Derrière les évidences du trait semblaient se cacher un secret en même temps terrorisant et puéril et que seul l’affinement de ma sensibilité pouvait me faire découvrir.

 

blog4ter.jpg

 

Pour voir les diaporamas de mon travail.

Je fais donc de la peinture depuis trente ans, ma formation est une formation d’artiste en même temps autodidacte et classique (les beaux arts). J’ai d’abord découvert la gravure, la lithographie, la sérigraphie. J’étais attirée par ces techniques de report sur papier, tout ce qui était de l’ordre de l’empreinte ; où l’image n’apparaissait pas directement mais par un détour. Je me suis tournée vers la peinture et j’ai utilisé la terre et le sable comme support pour concrétiser l’étendue à peindre, lui donner une mémoire, l’habiter de tensions et faire apparaître l’image en la désengloutissant de ce chaos d’énergie, je voulais d’une peinture-mirage, comme une épave abandonnée au visible.

En même temps que j’avançais dans ma peinture, j’ai appris à discerner peu à peu des événements intérieurs spécifiques qui naissaient des résonances provoquées par les matières travaillées mais qui intensifiaient aussi une souffrance intime.

Dans le même temps, j’étais troublée par des discussions avec des amis sur la pertinence d’une peinture qui leur semblait ne faire apparaître qu’une problématique existentielle.
Est ce que la peinture devait s’abstraire de cette problématique personnelle, abandonner cette fascination enfantine et avoir l’ambition d’atteindre une pure réflexion visuelle ?
Pourtant, cette voie délicate (était ce une porte ou une impasse ?) et pleine de pièges me semblait la seule juste d’autant que j’avais le sentiment aussi qu’en retour, mon monde intérieur et ma sensibilité se construisaient et s’enrichissaient grâce à certains « événements » picturaux.
Quand on crée, ne se crée-t-on pas soi-même ? Y aurait-il ainsi une interaction entre peinture et intériorité ; un dialogue serait à construire entre les deux et de la limpidité de ce dialogue dépendait l’authenticité de ma peinture et la vérité de mon monde intérieur même si le danger de se perdre dans des voies sans issue étaient fortes. Je soupçonnais qu’ils y avaient des lois ou du moins des tropismes à découvrir pour se diriger dans ce monde imaginaire où se croisaient le psychisme et le pictural.
Je reviendrai plus loin sur ces découvertes qui ont gouverné autant le travail créateur que ma manière d’intervenir dans le milieu thérapeutique.

J’ai rencontré alors des thérapeutes qui m’ont proposée d’intervenir dans le cadre d’un dispensaire médico-psychologique ; ce qui semblait aller naturellement dans le sens de mes préoccupations.
J’y travaille toujours actuellement.

Texte complet en format pdf de l’article Mon parcours

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Art-thérapie : une rencontre de soi en création

FireStats icon Contenu créé par FireStats