Alzheimer et traces

Dessins-Dialogues
” les séquences présentées ici ont été réalisées pendant les ateliers
peintures de Bruno Sari, artiste-peintre et stagiaire de l’INECAT.
Depuis 2003, il organise et anime des ateliers pour des personnes
désorientés vivant en institutions dans des unités protégées et
médicalisées.
Nb: les personnes filmées ici ont données leur accord, il y a même un
effet entraînant constaté.

A propos de Vermeer

 

La lettre d’amour

On peut  regarder ce tableau en se disant que la composition favorise agréablement la mise en relief de la scène éclairée grâce aux 2 pans d’ombre qui l’encadrent. Je suis dans une posture assez classique de spectateur : je regarde et ne bouge pas de place. Le temps de la scène est immobile et je peux, bien sûr, apprécier le tableau mais je ne peux me contenter d’une si maigre explication! Ces 2/3 de tableau semblent presque inutiles et sont bien encombrants ! D’ailleurs, l’affiche qui annonçait l’exposition de l’âge d’Or Hollandais,  montrait le tableau en recadrant sur la scène éclairée,

Ce procédé de 1er plan dans l’ombre est assez commun à l’époque et courant dans les tableaux de Vermeer mais ne justifie pas suffisamment, il me semble, pourquoi Vermeer qui est un très grand peintre aurait laissé les 2/3 du tableau à peine peint !

Continuer la lecture de A propos de Vermeer

A propos de Durer

L’œuvre est une fenêtre sur laquelle le spectateur se penche, pour voir sur quoi elle donne…
Sachant que cette fenêtre qui « donne » au dehors peut renvoyer secrètement le spectateur à lui-même : la fenêtre peut être alors, au rythme d’un battement de paupières, aussi un miroir.

Saint Jérôme

Dans ce double rôle du tableau comme fenêtre/miroir, Durer piège le spectateur : dans le St Jérôme ( 60x 48 cm – Lisbonne – 1521), si vous voyez le tableau comme une fenêtre,  St Jérôme s’appuie sur sa tempe et désigne son propre crâne futur. Il nous fait ainsi méditer sur la brièveté de la vie, lointaine méditation douce assourdie par la distance de la représentation mais, Durer semble dire : je ne te laisserais pas dans l’illusion que tu pourrais tranquillement être face à Saint Jérôme  car cette méditation sur la brièveté de la vie te concerne de manière beaucoup plus féroce et directe ; saint Jérôme semble ignorer le face à face trompeur. Il semble dire au spectateur avec ses yeux tournés vers la droite de baisser les yeux vers le crâne car, s’ il s’appuie sur sa tempe droite et désigne la tempe gauche du crâne, c’est parce que le tableau est aussi un miroir; cette inversion du miroir fait que la droite devient la gauche et il n’y a pas d’ambiguïté, il désigne bien la tempe réelle de celui qui regarde et qui, d’une certaine façon, est présent dans l’espace du tableau: ce n’est pas moi qui suis un saint représenté que tu dois regarder. Ne vous méprenez pas, si vous aviez l’envie de ne voir qu’une représentation de St Jérôme méditant sur sa propre mort, l’inversion à l’intérieur du tableau, ne s’éclaire que si je désigne cette tempe du crâne près de moi, c’est bien de vôtre tempe dont il s’agit et non la mienne. Il désigne au spectateur sa mort future.
Si je ne désigne pas le même coté de la tempe sur le crâne que sur celle sur laquelle je m’appuie, c’est parce que c’est ce crâne sera le tien. C’est de ta tempe dont il s’agit, c’est bien de ton futur crâne-squelette qu’il s’agit, toi qui es là face à moi ; c’est toi vivant devant moi qui va mourir !

Nous voyons bien la différence entre représentation qui renvoie le tableau à lui-même, à ses propriétés formelles et nous, à notre place distancée de spectateur et la présentification, néologisme inventé par Pierre Janet (1859 – 1947) , philosophe, psychologue et médecin et repris par des historiens d’art comme Louis Marin qui amène le spectateur à faire partie du tableau, qui l’oblige à s’impliquer en lui interdisant le moyen de se défausser.
Extrait d’une conférence donnée à la Halle St Pierre en mars 2010

Le corps bleu

Ce qui frappe chez cette petite fille un peu étrange, plus que sa manière raide et étroite de se mouvoir, c’est sa voix monocorde, terne, sans modulation avec un visage figé sans expression. Elle commence les 1éres séances à dessiner de manière sage avec pourtant une certaine inventivité dans les choix de couleurs ou la composition. Progressivement au cours des séances, elle raconte ce qui lui arrive: très souvent des histoires d’incendie, d’accident qui déclenchent de la peur dit-elle; mais sa manière de raconter est neutre et sans affect…

blog-poisson

« Pourquoi les gens me regardent méchamment ? » nous dit-elle un jour.  Continuer la lecture de Le corps bleu

Les ateliers pour adultes

  • Séance en duo pour des personnes se trouvant dans une problématique relationnelle ou/et créatrice commune: parent/enfant; couple; collaborateurs etc.
  • Séance de groupe

Un entretien avec l’art thérapeute permettra de s’orienter vers le style de séance le plus pertinent.

POUR QUI ?

  • Personne dans une recherche d’évolution personnelle
  • Adulte en « mal-être »ou traversant un moment de vie difficile qu’il soit personnel ou professionnel.
  • Personne en thérapie ou/et confrontée à la maladie ou à un stress post-traumatique.
  • Personne cherchant à redonner du sens et de l’élan à son expérience de création que ce soit dans le domaine artistique ou dans un domaine plus large d’expression.
  • Étudiant et art-thérapeute, professionnel de la Santé et toute personne impliquée dans les métiers d’accompagnement souhaitant approfondir les processus de création.

OU?
En proche banlieue parisienne, à Malakoff, accessible en métro
ligne 13

COMMENT ?
Médiations abordées : peinture, dessin, collage, terre, création dans l’espace.
Moyens annexes: Exploration perceptive, relaxation, visualisation, mouvement sensoriel.

 LES SÉANCES DE GROUPE :

SESSION D’AIDE A UNE DÉMARCHE AUTONOME DE CRÉATION
Session de 8 séances : Le samedi de 13h à 18h. (Ou le lundi : le choix se fera avec le groupe)
Engagement pour la session

La médiation est choisie par le stagiaire (terre, peinture, dessin, collage..) ; seule la terre est fournie, le reste du matériel est à amener par les stagiaires.
Personne déjà engagée dans une recherche personnelle ou/et ayant déjà suivi une session en art thérapie ou art thérapeute. Il s’agit d’aborder et d’approfondir le processus de création original et unique de chacun et d’en reconnaître la pertinence et les résonances en lien avec son sentiment d’existence.Pour cette session, le travail personnel entre les séances est vivement conseillé.

Le samedi 13h à 18h(ou le lundi)

JOURNEE D’ATELIER ponctuelle de création à partir de 5 inscriptions sur une date décidée avec les participants.
Prix de la journée de 10h à 18h: 120E
Le matériel est amené par le stagiaire ou peut être fourni sur la base d’un prix forfaitaire
(5E pour la terre et 15E pour autre médiation)
JOURNEE: Jeûne, méditation et art-thérapie
Une journée peut s’organiser à partir de 5 inscriptions. La date de la journée est décidée avec les participants.
Prix de la journée de 10h à 18h: 120E
Cet atelier particulier est ouvert à tous; les personnes intéressées que je ne connais pas peuvent s’y inscrire après un entretien téléphonique.

 STAGE D’ÉTÉ DE  3 JOURS

Des séances individuelles peuvent se mettre en place, à la demande,  parallèlement aux séances de groupe.

voir Icône “stage”

L’accompagnement , que je propose a le souci d’interroger les liens qui unissent les éprouvés corporels les plus fins à l’acte créateur, expérience avant tout poétique.

Apprendre à habiter plus profondément sa propre matière corporelle pour travailler avec la matière (terre, mais aussi fusain, peinture…) avec l’intention constante de découvrir les résonances et les ponts entre les mondes sensibles, corporelles et plastiques.

Les questions fondamentales que posent la création : comment donner vie à la matière?
Comment expérimenter le mystère qui unit conscience et matière?

Le tissage patient des liens entre corps et intériorité, matérialité et mentalité, sensorialité et acte plastique, permet d’aborder intensément ces questions et d’éprouver comment les processus de création peuvent être source de changement.

REGLEMENT DES ATELIERS

Nombre d’inscrits par session : 7 Personnes maximum 

La totalité de la session est à régler lors du 1er atelier avec la possibilité d’échelonnage des paiements.

Les dates des séances sont fixées avec le groupe constitué.

Toute absence doit être signalée mais ne pourra pas être remboursée. Une autre date pourra éventuellement être recherchée si cela convient à tout le groupe.

La décision d’interruption de la session du fait du stagiaire ne donne droit à aucun remboursement.

Quelques règles simples ont besoin d’être respectées pour qu’un tel atelier puisse se dérouler avec le maximum de bénéfice pour chacun et pour le groupe :

  • Nécessité de ponctualité : l’atelier ne peut commencer qu’avec le groupe entier.
  • Respect, non-jugement et non-interprétation vis à vis de son travail et du travail des autres.
  • Aller au bout du projet : toute interruption éventuelle en cours de session, quel qu’en soit la raison, doit être énoncée au groupe et à l’art thérapeute.

Pour toute information et inscription, ruth.nahoum@gmail.com