Archives par mot-clé : expérience institutionnelle

IL Y A UN BUG ENTRE MA MERE ET MOI

L’atelier d’art thérapie « dyade parent-enfant » est né de ma frustration de ne pas pouvoir faire peindre les nourrissons avec les mamans dans l’atelier du service mères-bébés de l’hôpital intercommunal de Créteil.

Nous avons monté cet atelier, dans le CMP où je travaillais, la pédopsychiatre et moi-même avec le projet d’accueillir 2 dyades sur l’indication de l’équipe soignante. Cet atelier est proposé quand se posent des problèmes relationnels semblant insolubles entre les parents et l’enfant. La règle de l’atelier est que la mère (ou plus rarement le père) et l’enfant sont là pour dessiner ou modeler l’un et l’autre. Très rapidement,  la configuration semble la plus juste quand la pédopsychiatre découvre avec les dyades la peinture ou la terre et que, moi-même,  je sois plutôt en situation de regarder, conseiller et accompagner ;  je suis, en tant qu’artiste, celle qui connaît les lois des différents matériaux…

blogF3
blogD4

Exemple d’une prise en charge globale  d’un enfant et de sa mère, d’abord suivis par une psychologue puis, parallèlement, dans l’atelier “dyade parent-enfant”:

Pendant une première période d’à peu près 6 mois, nous sortions de l’atelier, écrasées par l’impossibilité d’entrer en contact avec l’enfant qui n’offrait qu’écroulement corporel sur le corps de sa mère, tétanisation brutale de l’attention proche de la stupeur ou divagation sans but dans l’espace de l’atelier.  Pendant quelques minutes, de temps en temps, il étalait des couleurs et des coulures dans lesquelles il s’absorbait, effondré sur sa chaise. Plus qu’errance, il flottait dans un non- espace, dans un nulle part et s’arrimait quelquefois dans l’absorption de la carte géographique accrochée au mur alors que nous n’arrivions pas à le localiser ! Je le suivais, stupide, dans l’atelier, essayant de découvrir une petite accroche d’intérêt relationnel ou espérant du moins découvrir des traces de son passage comme on cherche les empreintes des pas d’un animal. Nous étions confrontées à une absence que nous n’arrivions même pas à nous représenter. La mère constamment le dirigeant « à vue » par des injonctions pour le tenir, nous étions consternées par notre malaise qui dépassait le simple fait qu’il ne produisait rien, soulignant notre impuissance à le situer quelque part.

Le premier déclic a eu lieu quand je lui ai fait comprendre  que je pouvais l’accompagner  dans un «  rien faire » dans un patouillage avec de la terre et de l’eau. « C’est quoi le vrai mot ? Humain, c’est pas possible que ce soit le vrai mot » a-t-il dit alors en s’adressant pour la 1ére fois au groupe.

Ensuite un voyage à l’amble avec sa mère a commencé dans la découverte des couleurs. S. à la table, sa mère devant un chevalet, ils semblaient se répondre par des accords de couleurs, concentrés l’un et l’autre et, l’air de rien, tout de même ensemble. La mère découvre le temps du rêve devant le chevalet et le plaisir de l’étal des mélanges pendant que son fils se concentre dans le secret de la fabrication des couleurs (je lui fais découvrir le bleu Klein qui deviendra sa couleur fétiche) et des expérimentations sur la matière couleur. La mère s’engage corporellement de plus en plus : au départ, très distancée, du bout des doigts et ironisant sur ce qu’elle faisait ; elle laisse peu à peu une place à la reconnaissance qu’il se passe quelque chose pour elle et son corps se mobilise. S. fait une suite de taches de couleurs qu’ils appellent ses “pépites”. ( voir peintures ci-dessus) Peu à peu, l’enfant s’ouvre au groupe, instaure un dialogue avec les yeux, devient curieux du travail de chacun et permet à ce qu’enfin, on a l’impression d’une cohésion du groupe.

Ce qui fait évènement alors, c’est la mère et l’enfant découvrant quelque chose qui les relie et les différencie dans le même temps : ici les couleurs.

Suite de l’article dans la revue Art & Thérapie